Retour en haut

Diversité et inclusion

DIVERSITÉ ET INCLUSION

L’Afrique Fait Son Cinéma et Le Collectif Cinéastes Non Alignées organisent une journée de conférence et de projection autour du thème de la Diversité et de L’inclusion dans l’industrie du cinéma français. L’Afrique et sa diaspora sont intimement liés. Le cinéma africain est très souvent en coproduction avec l’Europe et précisément la France. Sa diaspora travaille souvent en Afrique. Nous nous interrogeons sur l’imaginaire,  la liberté de création et l’inclusion de cette diaspora.

Pour cela nous invitons des comédiennes et des réalisatrices à se rencontrer et débattre.

Le débat porte sur trois axes :

  • Pourquoi les rôles stéréotypés à valeur négative sont confiés aux comédiens et comédiennes issues de la minorité dans le cinéma français ?
  • Quels sont les solutions mises en place par les professionnels du cinéma pour réduire ce dommage intellectuel ?
  • Quel impact pourrait avoir ce changement de vision sur la société française ?

PRÉSENTATION DU PROGRAMME

HORAIRE ACTIVITÉS CONTENU
10h – 12h30 Conférences

La diversité dans l’industrie du cinéma et de l’audiovisuel en France.

Où en sommes-nous ? Est-ce toujours une représentation stéréotypée ?

Avec la présence des comédiennes: France Zobda, Mata Gabin, Marie Philomène Nga et Firmin Richard

Avec les réalisatrices: Dounia Sichov, Halida Boughriet, Claude Affner, Camélia Montaserre, Magaya Silberfeld

En présence des réalisatrices du CCNA: Rahma Benhamou El Madani, Lidia Terki, Rahmatou Keita

Modération par Nadia Meflah du CCNA

12h00– 14h00 Déjeuner pour les intervenant·es
14h00 – 16h00 Programme courts métrages en lien avec notre journée diversité-inclusion, en présence des réalisatrices

Vikken de Dounia Sichov – 27 min – 2021

Vikken est transgenre. Il s’apprête à prendre des hormones pour la première fois. Il enregistre sa voix qui va disparaître, et convoque les figures du passé du monde entier pour un dialogue intime avec lui-même.

Des Intégrations de Halida Boughriet – Vidéo – France – 16min – 2015

Dans la vidéo Des intégrations, la mémoire collective et la mémoire politique se figent, à la limite de l’amnésie voire de la négation. La voix off augmente le rapport subjectivité/objectivité dans la narration. Les personnages jouent sur une série de correspondances qui érigent le film au rang de transfert visuel.

Terma de Magaajyia Silberfeld – 17min – 2021

L’histoire d’Ulysse d’un point de vue féminin.

Sous transe de Camélia Montaserre – 18 min – 2018

Un couple se déchire dans l’espace clos de sa maison.

A bout de nerfs, ils s’effondrent tour à tour au cœur de l’impasse de leur relation.

L’espace-temps semble défiguré. Seule la prégnance de la souffrance faite désir semble réelle.

Belly dance à Belleville de Rahma Benhamou El Madani – 8min – 2013
Un jeune Chinois cherche sa mère disparue. Il rencontre une jeune et belle danseuse orientale dans un café.

Seule, encrée dans le sol de Rahma Benhamou EL Madani – 15 min – 2021 – Inédit
Une femme vit les derniers feux d’une passion amoureuse. Le constat de cet échec provoque une vague de remous dans son existence et la pousse à s’interroger sur le sens qu’elle veut donner à sa vie.

Chez moi de Mariette Monpierre – 5mn – 2007

Luna, petite fille métisse de dix ans, se bat avec une camarade avant que sa mère, Bernadette, ne l’arrache de la bagarre sans un mot. De retour à la maison, Bernadette ne desserre pas les dents, provoquant une réelle angoisse chez sa fille.

The birthday party de Véronique N. Doumbe – Etats-Unis -6mn – 2009

Un anniversaire merveilleux avec les rires d’enfants que nous réserve t-il ?

16h30 – 17h45

Projection débat

Noire ici blanche là bas de Claude Haffner – Rencontre avec la cinéaste

France – République démocratique du Congo – 52 min – 2010

Des vallées du vin d’Alsace à celles du diamant du Kasaï, au cœur du Congo-Kinshasa. Ce film est un voyage personnel, des vallées du vin d’Alsace, d’où mon père est originaire et où j’ai grandi – à celles du diamant du Kasaï, au cœur du Congo-Kinshasa, le pays de ma mère et là où je suis née. Questionnant mon identité métisse, j’effectue des recherches sur mes origines africaines à partir de la maison familiale de Brunstatt (Haut-Rhin), pour préparer un voyage dans la région du Kasaï, que je ne connais pas. Ce voyage vise d’abord à connaître ma famille maternelle, mais aussi à définir mon africanité pour la confronter à mon alsacianité. Là, j’observe, je découvre et j’apprends sur mon ethnie, mes ancêtres, ma terre d’origine et l’exploitation du diamant, qui y est l’activité principale et la source du chaos qui règne là-bas.

18h00 – 19h00 Cocktail dinatoire
19h00 – 21h00 Projection débat

Un dessert pour Constance de Sara Maldoror – France – 1h04 – 1979

Avec : Sijiri Bakaba, Cheik Doukoube, Jean Bouise, Bernard Haller

Scénario: D’après une nouvelle de Daniel BOULANGER, adaptée par Maurice PONS.

Paris des années 70. Bokolo et Mamadou, balayeurs de la ville de Paris, cherchent un moyen pour payer le retour au pays d’un de leur camarade malade. Ils découvrent un jour dans les poubelles un vieux livre de recettes de cuisine. Leur vient alors l’idée de participer à un jeu télévisé qui consiste à décliner avec précision les ingrédients des meilleurs plats de la cuisine française. Ils apprennent par coeur les recettes des sauces, entremets et desserts…

« Tableau de la France raciste. Une comédie légère qui raconte entre deux éclats de rire l’histoire un peu rocambolesque de deux travailleurs africains à Paris. » Le Monde

La projection sera accompagnée d’une rencontre avec les comédiens

20h30 : Paris la Blanche de Lidia Terki – France – Algérie – 1h20 mn – 2017

Avec : Tassadit Mandi, Zahir Bouzezar, Karole Rocher, Marie Denarnaud

Sans nouvelles de son mari, Rekia, soixante-dix ans, quitte pour la première fois l’Algérie afin de ramener Nour au village. Mais l’homme qu’elle finit par retrouver est devenu un étranger.

Rencontre avec la réalisatrice

© afnetwork 2017-2021. All rights reserved.